mardi 27 avril 2010

L'eruption de l'Eyjafjöll

C'est décidé, c'est la dernière fois (jusqu'à la prochaine fois) que je me rabaisse à utiliser l'actualité pour trouver le sujet de mon article. Mais tout de même un volcan Islandais qui cloue l'Europe entière au sol cela mérite notre attention ! Attaque secrète de Bjork l'extraterrestre ? Vengeance économique d'un pays au bord de la faillite ?? Non l'explication est ailleurs si l'Eyjafjöll (voir la vidéo en fin d'article pour la prononciation plutôt sportive) crache autant de cendres c'est à cause de l'Eyjafjallajökull, voyons!!

Une île polaire dans une situation "brûlante" !!



Et oui L'Islande est en réalité la partie émergée d'un chaîne volcanique de 2000m à 3000m d'altitude et de 60 000km de long: la dorsale océanique. C'est au niveau de cette chaîne que 70% de toute la lave déversée sur Terre est libérée, le plus souvent sous l'eau et donc de façon plutôt "discrète".
[Sur cette carte géologique la disposition symétrique des terrains de part et d'autres de l'axe de la dorsale nous montre bien la situation de l'Islande]
Mais L'Islande est également située à l'aplomb d'un point chaud; ces zones où des panaches de magma issus de zones très profondes s'élèvent pour constituer les îles volcaniques parmi les plus actives du monde tel que l'archipel d'Hawaï ou la Réunion.
Dans les deux cas le magma qui remonte dans ces zones est peu différencié (laves de type tholéitiques à alcalines pour l'Islande) et donne donc lieu à des laves fluides qui s'épanchent en surface sans difficulté aucune créant au passage de superbes coulées et autres fontaines de lave... Bref se sont des volcans dits effusifs, et on ne peut pas dire qu'ils se manifestent par des explosions où l'émission de poussières "anti-avions"...
[La fontaine de lave du Krafka en Islande également]

Mais alors pourquoi le Eyjafjöll nous agace-t-il autant ?
En fait le problème de ce volcan c'est qu'il est recouvert d'un glacier qui répond au doux nom d'Eyjafjallajökull! Lorsque le magma arrive en surface il réchauffe le sol et fait fondre la glace, l'eau s'infiltre alors en profondeur d'autant plus facilement que le sol est déformé par la remontée du magma. Lorsque l'eau infiltrée entre en contact avec le magma, celle-ci se vaporise. La vapeur d'eau étant un gaz, son volume est nettement supérieur à celui de l'eau, et l'espace disponible est quant-à lui plutôt restreint à cette profondeur. Résultat, une énorme explosion qui pulvérise en millions de particules les roches encaissantes. Et voilà comment des mètres cubes de roches se retrouvent dans l'atmosphère dans un gigantesque nuage de poussières...
Ces phénomènes de rencontre entre l'eau et le magma sont désignés sous le terme de phréatomagmatisme ("phréato" comme nappe phréatique); pour un volcan et un glacier, cas particulier de phréatomagmatisme les Islandais ont le terme "jökuhlhaup" (toujours imprononçable).
[Volcan Islandais "Grimsvötn" émergeant fond du glacier qui le recouvrait avant l'éruption]


Quelques effets dérivés de ce type de nuages:
Des avions au sol : Et oui les réacteurs n'aiment pas trop les poussières pour plusieurs raisons: la baisse de la quantité de dioxygène disponible (nécessaire à la combustion), l'abrasion et les dégâts mécaniques causés par les particules aux turbines notamment si celles-ci fondent (ce qui est plus que probable à 1200°C); cela peut même aller jusqu'à l'obstruction de la turbine.
Des modifications climatiques : Si le nuage atteint les plus hautes couches de l'atmosphère il peut rester en suspension pendant une durée relativement longue, et la baisse de rayonnement solaire engendre alors une chute des températures moyennes comme ce fut le cas pour l'éruption du Pinatubo en 1991 où la température moyenne globale à chutée de 0,5 °C.
Des risques sanitaires : lorsque les particules très fines retombent elles peuvent causer des problèmes respiratoires chez les personnes fragiles un peu comme lors des pics de pollution.
De beaux couchés de soleils: les particules en suspension dans l'air ont également pour effet de diffracter les rayons lumineux produisant ainsi des couleurs irisées;résultat: chaque coucher de soleil peut vite ressembler aux images bibliques de la descente de Dieu sur Terre... (il fallait bien finir sur une note positive !)

Ceux qui ont renoncé l'ont baptisé : "volcan Islandais" les autres ont essayé voilà ce que ça donne:
(Pour ma part je suis heureux de ne pas avoir à vous lire l'article !)

3 commentaires:

Maxisciences a dit…

Bonjour,

Je me permets de vous contacter par vos commentaires car mon équipe et moi-même avons eu l'occasion de visiter votre blog, que nous trouvons très intéressant et dynamique. Passionnés du Web, nous souhaiterions faire connaître votre blog aux lecteurs de Maxisciences, qui figure parmi les sites scientifiques francophones les plus visités. Pour cela, n’hésitez pas à vous inscrire directement à cette adresse http://www.maxisciences.com/inscription_blog.php et nous nous occuperons de tout.

J'espère vous compter rapidement parmi nos partenaires privilégiés.

A très bientôt,

Julie de l'équipe blogs reporters Maxisciences
Maxisciences, l’actualité des sciences et de l’environnement, autrement et simplement !
blogs@maxisciences.com

JPC a dit…

Pour plus d'info, rendez-vous sur ce site qui retrace bien la chronologie de l'éruption:
http://www.photovoyage.org/islande/eruption-sous-glaciaire.php
Avec en plus de très belles photos et vidéos de l'éruption.

Merci à Anne-Claire pour le lien

JPC a dit…

Pour info, le Grimsvötn, cité ci-dessus est entré en éruption hier. A peine plus d'un an depuis l'Eyjafjöll, on peut dire que l'Islande est vraiment volcanique ! Espérons que cette fois les avions pourrons se maintenir en vol !!

Enregistrer un commentaire