mardi 6 avril 2010

Les coucous ont le style!

C'est Pâques et la fleur à la mode dans nos prairies est le coucou (ou primevère officinale) ou Primavera veris pour les savants. C'est une plante herbacée vivace de la famille des primulacées.
Comme pour la plupart des fleurs, on observe chez le coucou des structures dites mâles: Les étamines composées d'une anthère et d'un filet produisant les grains de pollen qui iront féconder l'ovule.
Ainsi que des structures femelles: le pistil composé d'un style terminé par un stigmate et d'un ovaire contenant l'ovule.
[Voir le schéma ci-contre pour mieux visualiser tout ça...]
Dès lors que les deux structures mâles et femelles sont présentes sur la même fleur il y a une certaine probabilité d'auto-fécondation! Cette auto-fécondation peut-être un problème car elle diminue de façon drastique la diversité génétique induite par la reproduction sexuée. Quelle va être alors la stratégie du coucou pour favoriser l'allogamie (c'est à dire la fécondation entre des cellules reproductrices provenant de deux plantes différentes) ??

Il existe 2 types de coucous!
En observant bien un échantillon de fleurs de coucou, on constate très facilement qu'il existe deux types de fleurs:
Celle dont on observe le stigmate (extrémité du pistil) à l'intérieur de la corolle de pétales, ce sont les fleures longitsyles (long style)
Celles dont on observe les Étamines dans la partie haute de la corolle mais plus difficilement le stigmate, ce sont les fleurs brévistyles (style cours)
Faites le vous-même, et vous verrez ! L'idéal est bien sur de couper la fleur en deux dans le sens de la longueur (coupe longitudinale), ce qui nécessite tout même une bonne habitabilité.
 
[A gauche: Vue en coupe longitudinale des deux types de fleur de coucous
Légende : A: Fleur longistyle, B: Fleur brévistyle 1: corolle 2: calice 3: étamines 4: stigmate du pistil]
 
[A droite: le coucou avec deux vues en coupe longitudinale: coté gauche une fleur longistyle, coté droit une fleur brévistyle.]


En quoi cela favorise-t-il l'allogamie ?
En réalités les différences entre ces deux types de coucous ne s'arrêtent pas là ! Les grains de pollens des fleurs brévistyles sont gros et irréguliers, tandis que ceux des fleurs longistyles sont fins  et plus lissent. Ça tombe bien parce que le stigmate (extrémité du pistil) des fleurs brévistyles est parfaitement adapté au pollen fin et lisse des fleurs longistyles, et inversement pour le stigmate des fleurs longistyles adapté au pollen des fleurs brévistyles ! Et même si un grain de pollen venait se déposer sur le stigmate de la même fleur il ne pourrait se developper, on parle d'auto-incompatibilité.
Et voilà c'est gagné par ce simple système tout risque d'auto-fécondation est écarté ! 
En fait c'est cette auto-incompatibilité du pollen qui est  l'origine de l'hétérostylie. En effet tout grain de pollen qui viendrai se déposer sur le stigmate de la même fleur serait gaché. Dès lors les plantes qui présentent une morphologie évitant ces contact infructueux sont avantagées...

On remarque au passage que par ce système une sorte "d'infra-sexe" est mis en place, on obtient en effet deux types d'individus différents qui sont dépendants l'un de l'autre pour leur reproduction (et ce malgré la présence des deux sexes sur la même fleur !!)
C'est une solution parmi beaucoup d'autres, certaines plantes choisissent l'auto-fécondation ou la reproduction végétative quitte à limiter leur diversité génétique, d'autres encore présentent des fleurs mâles et des fleurs femelles (sur le même pied ou sur deux pieds différents), mais toutes les solutions sont bonnes puisqu'elles ont toutes étés sélectionnées !

-à lire sur ce sujet: l'article Wikipédia
Interro surprise pour ceux qui ont lu jusqu'au bout: 
Quel type de fleur observe-t-on su la photo d'introduction ? Longistyle ou Brévistyle ??
Postez vos réponses en commentaires !

2 commentaires:

Padawan a dit…

Longistyle, on voit l'extrémité du style si je ne m'abuse...

JPC a dit…

Attention spoiler...
Et oui bravo, ce sont des coucous longistyles !!

Enregistrer un commentaire