samedi 27 août 2011

Colchiques dans les prés...


Et oui l'été touche à sa fin, et le monde de l'éducation s'apprête à faire sa rentrée avec tout de même  16000 postes de moins. Espérons que la rentrée 2012 se fera avec une politique différente... Pour ce mettre en jambe voici une petite présentation du genre Colchicum qui fleurit dans les prés, ainsi que quelques nouvelles concernant ce blog.

Bonne rentrée et bonne lecture à tous.






Fleurissent Fleurissent...
La colchique désigne toutes les plantes appartenant au genre Colchicum. N'en déplaise à certain botanistes ringards, la colchique n'est plus une liliacée, non, c'est désormais une colchicacée. Les colchiques ont donc leur propre famille depuis l'arrivée de la classification phylogénétique, seulement il y a encore quelques débats de spécialistes pour savoir parmi les colchicacées lesquelles sont des membre du genre Colchicum... Bref !
Il n'empêche que tout le monde a en tête la fleur de la chanson: "Colchicum autumnale" une petite fleur violacée qui émerge du sol par un tube formé par la fusion des pétales et des "tépales"... (B sur la planche ci-dessous). Pour ceux qui se pose la question, un tépale est un sépale (les petites feuilles vertes qui sont à la base des fleurs) qui a l'aspect d'un pétale. Au lieu d'être vert et donc chlorophyllien, le tépale est donc coloré comme un pétale. Les fleurs ressemblent beaucoup à celles des Crocus mais une différence importante est le nombre d'étamines (3 pour le crocus et 6 pour la colchique, sur deux rangs )(cf N°2 sur la planche).

 Une fois la fécondation accomplie en automne (Aout à Octobre), la plante passe l'hiver grâce à un organe de réserve le "corme" une tige renflée qui ressemble à un bulbe (A sur la planche et photo ci-dessous). Au printemps la plante complète se développe à partir des réserves du corme et forme des feuilles (C sur la planche) et des fruits de type capsule (N° 6 sur la planche). Ce mode de passage de la mauvaise saison est appelé "géophyte" ou "cryptophyte".

Quand la toxicité devient utile...

La colchique contient un alcaloïde puissant: la colchicine. La toxicité importante de la colchique lui vaut d'ailleurs parfois le nom de "tue-loup" ou "tue-chien". Un enfant de 20 kg peut mourir suite à l'ingestion de seulement 5 graines (N°7 sur la planche), les fruits en capsules constituant un joli hochet, mieux vaut prendre garde ! Les premiers symptômes sont bien sûr digestifs puis les systèmes respiratoires, cardiaques et nerveux sont touchés. L'ingestion de colchique sous une quelconque forme nécessite une hospitalisation une immédiate (lavement de l'estomac et traitement au charbon actif).

En fait, la colchicine agit en perturbant l'organisation de petits filaments à l'intérieur même de nos cellules : les microtubules. Ces microtubules sont formés de tubuline et en ce liant à la tubuline la colchicine empêche les microtubules d'êtres formés par assemblage de tubuline.
Ces microtubules permettent le déplacement des chromosomes lors de la division cellulaire, en l'ajoutant dans une préparation au bon moment on peut donc bloquer la division cellulaire et prendre une jolie photo des chromosomes et ainsi établir un caryotype [Photo ci-contre]
La colchicine puisqu'elle bloque la division cellulaire peut être utilisée en cas de cancer, ou pour créer des mutations chez les plantes (polyploïdies notamment).
Enfin, la colchicine empêche également le déplacement certains globules blancs (les neutrophiles) d'où un effet anti-inflammatoire utilisé pour traiter les crises de goutte.

Voilà, désormais vous pourrez donc désormais chanter "Colchique dans les prés" en toute connaissance de cause, et épater vos proches avec un exposé scientifique de haut niveau lors des sorties aux champignons automnales !

 [L'interprétation inoubliable de Dorothée...]

Une pause café ?
C'est un honneur et fierté que je vous annonce que ce blog fait désormais partie du c@fé des sciences, un site communautaire qui regroupe de nombreux blog de grande qualité, pour mieux les faire connaitre. Merci donc à toute la communauté du c@fé des sciences pour leur accueil et notamment à Taupo (Auteur de SSAFT) qui est un peu le parrain de cette candidature. Cette marque de reconnaissance en plus d'être gratifiante, et encourageante permettra j'en suis sur à de nombreux lecteurs de découvrir ce blog.

L'UPPA c'est plus fort que toi!
C'est également l'heure de la rentrée à l'Université de Pau, et les nouveaux cours dont je vais avoir la charge risque de limiter cette année encore le rythme de parution des articles. La contrepartie étant que la préparation des cours me permet de faire émerger plein de nouvelles idées d'articles!

Liens:
Les colchiques sur Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Colchique
Une phylogénie des liliales (Fay et al. 2006) : http://ninaronsted.dk/page1/files/page1_6.pdf

[Retour à l'accueil]

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire